Article, Blogue, Cold email, Erreurs et Solutions, Québec, Rédaction Freelance, Rédaction web

Les 3 erreurs à éviter lorsqu’on cold email des clients potentiels

Le cold emailing est l’une des meilleures façons d’offrir ses services au plus grand nombre de recruteurs possible et d’attirer l’attention d’un BON client. Cette technique n’est pas à prendre à la légère, car il suffit d’une seule phrase pour gagner ne serait-ce que leur intérêt en vos compétences. Cependant, il en faut très peu pour que vos courriels soient ignorés et supprimés.

Imaginez que vous êtes un rédacteur spécialisé en marketing et communication. Vous tombez sur le site internet d’une franchise avec qui vous ADORERIEZ travailler. Et vous savez que vous leur apporterez énormément de référencement. Les idées pullulent déjà dans votre tête et vous leur envoyez un cold email. Le responsable en charge décide de le lire et commence le premier paragraphe. Il soupire. Quelque chose cloche. Il grince des dents. Et il décide de supprimer votre courrier électronique.

Mais pourquoi? Voici les trois erreurs les plus communes en cold emailing ainsi que leurs solutions pour gagner en efficacité!

Erreur numéro 1 : Votre courriel est trop long.

Et oui! On garde son message court, simple et efficace. Pourtant, nous sommes plusieurs à envoyer des paragraphes et des paragraphes à des gens qui n’ont pas beaucoup de temps devant eux. Après tout, ils ont une centaine de courriels à lire par jour, dont le nôtre. Qui plus est, vous êtes un étranger. Pour avoir reçu moi-même des cold email de 1000 MOTS (Je vous le jure!), je n’avais ni l’envie ni le temps de parcourir leur roman. C’est triste mais la réalité est ainsi et il faut l’accepter. Mieux, il faut s’adapter!

Ne tombez pas dans le piège de trop en dire, vous vous répéterez et cela vous coûtera quelques clients. Évitez de vous louanger comme si vous présentiez un curriculum vitae. Vous vous vendez! Vous n’êtes pas un employé qui cherche du travail. Vous présentez les potentiels résultats d’une collaboration ainsi que leurs bienfaits afin d’avoir, sur le long terme, des clients réguliers et satisfaits.

Les meilleurs cold email vont droit au but. Expliquez en quelques phrases vos services, ce que vous apporterez à la compagnie et suscitez leur intérêt en leur recommandant – fortement – de vous contacter. Simple comme bonjour! L’important est d’entamer une conversation avec le client. Les contrats arriveront plus tard.

Bref, vous devez sortir du lot.

Et vous pouvez le faire!

Erreur numéro 2 : Votre courriel se focalise uniquement sur vous.

Usez d’empathie. Mettez-vous à la place des potentiels clients. Que veulent-ils voir dans un cold email? Des solutions selon LEURS besoins. Qu’ils sachent que vous êtes passionné est une chose, mais que vous avez besoin de travail en est une autre. Ils s’en fichent un peu. S’ils doivent investir dans un rédacteur, ce rédacteur doit avoir confiance en lui et démontrer de A à Z comment il peut rentabiliser cet investissement.

Soyez honnête.

Seriez-vous porté à engager celui qui relate ses propres besoins et éloge ses compétences sans résultats concrets de ce qu’il avance? Non. Probablement que vous porteriez votre choix sur le rédacteur qui s’est renseigné sur votre entreprise, vos exigences et qui présente un court plan de ce qu’il peut VOUS apporter.

Vous devez prouver au prospect qu’il peut avoir confiance en vous, que vous lui apporterez des bénéfices et ainsi, vous voir comme un rédacteur consciencieux et crédible.

Erreur numéro 3 : Une action vaut mieux qu’une proposition.

Qu’est-ce que cela veut bien dire? Tout simplement d’inciter le client à vous contacter. Il doit dire oui à quelque chose, et ce quelque chose est à votre discrétion, mais il doit dire OUI. Éviter les révérences du style : « Si vous êtes intéressé, n’hésitez pas à me contacter. » C’est poli, certes, et on ne veut pas les harceler non plus. Cependant, vous insinuez trois choses.

Premièrement, vous démontrez peu de confiance en votre capacité de vendre vos services. Et puisque c’est le but même du cold emailing, vous vous tirez une balle dans le pied. Ensuite, cela donne l’impression au client d’avoir perdu son temps et il vous oubliera. Cette conclusion ne donne pas envie d’entamer une conversation. Elle manque de conviction et d’entrain. Finalement, le dernier effet du courriel électronique ressemble à : « Ce n’est pas grave si vous m’ignorez. » Comprenez-vous à quel point la première impression est importante?

Afin de rectifier le tir, je vous propose deux solutions. Montrez d’anciens textes professionnels afin de légitimer votre statut (publiés sur une plateforme officielle) ou incitez le prospect à prendre connaissance de votre site internet. Un lien s’établit et il ne reste pas passif face à votre message.

Retenez ceci: La persévérance est la clé du succès.

Un cold email efficace et payant est court, direct et adroit. Il crée un lien de confiance entre vous et le représentant de l’entreprise. Une première impression positive résulte souvent en une discussion où vous pouvez expliquer sur quoi vous travaillez, vos intérêts et votre plan rédactionnel.

N’oubliez pas que le rejet et les messages supprimés sont monnaie courante dans le milieu de la rédaction. Ne vous découragez pas et multipliez vos réseaux de communication. D’ailleurs, le bouche-à-oreille a toujours été une excellente forme de référencement. Abusez-en et partagez vos exploits. TOUS!


bigstock-Email-illustration-Sending-or-121704971-300x300

 

 

Image: NextAdvisor

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s