Article, Blogue, Erreurs et Solutions, Motivation, Québec, Rédaction Freelance, Rédaction web

5 façons de se motiver à écrire

Quand j’ai plusieurs articles de blogue à écrire, l’inspiration et l’organisation sont mes outils de prédilection. J’indique tout dans mon agenda, je fais des plans dans mes cahiers et je suis certaine qu’ainsi, je ne manquerai pas de jus pour mes prochaines publications. Je me lève tôt le matin, je prépare mon café et j’allume mon ordinateur. Je suis encore en pyjama, mon chat s’installe à côté de mon écran et je me tiens droite, prête à entamer la journée.

Le temps passe. Et je réalise que je n’ai pas envie d’écrire. Je manque de verve, mes idées s’assombrissent. Ce n’est pas la page blanche, non, il s’agit plutôt d’une perte de volonté. Cette panne peut arriver à tout moment. Après tout, même si nous faisons le meilleur métier du monde, cela reste du travail. Les distractions sont nombreuses et nous aimerions tous passer la journée devant Netflix, jouer aux jeux vidéo ou lire un bon livre. Ce désir, cette paresse, ces excuses sont des réflexes normaux que tous vivent à un moment ou à un autre.

Bref, la perte de motivation en écriture embourbe nos objectifs et empêche de conclure nos plans quotidiens. Et quand on commence dans le milieu de la rédaction, la procrastination est notre pire ennemi !

Afin d’éviter des retards ou déprimer face à la charge de travail supplémentaire, je vous présente mes cinq trucs favoris (et indispensables) à une motivation sans failles. Que vous soyez rédacteur, réviseur, pigiste ou concepteur, cet article vous sauvera la vie.

Numéro 1 : Se fixer des dates butoirs

Organisez vos projets dans un agenda, un bullet journal, un calendrier ou une application sur votre ordinateur. Non seulement vous n’oublierez pas de contrats, mais vous serez obligé de respecter un temps déterminé entre chacun de vos travaux. S’imposer un délai est donc très important.

Dans la même vague, s’il est important de prévoir une date butoir, planifier ses articles l’est tout autant. Je le fais comme à l’école. Je gribouille un brouillon avec le concept, les points, des explications ; bref, j’établis les fondements de mon texte. Comme ça, lorsque je commence le processus d’écriture, j’ai déjà la moitié du travail coordonné. Parfois, je peux passer une soirée entière à juste composer des plans et des thématiques, puis à les agencer. La page blanche m’effraie moins ainsi puisque j’ai du contenu que je peux utiliser ou modifier à ma guise.

D’ailleurs, si vous manquez de motivation, prenez une pause de vingt minutes afin de vous rafraîchir les idées. Imaginez votre article. Quel est son titre ? Quelles images souhaitez-vous intégrer ? Quel ton désirez-vous employer ? Cette visualisation débloque notre créativité et peut être le coup de pouce nécessaire à notre rédaction.

Numéro 2 : Prenez l’air !

Nous avons tous notre espace de travail personnalisé. Pas question d’écrire sur la table de la cuisine ou dans notre chambre ! Ce n’est jamais productif. Afin de bien écrire, il faut être à l’aise. Nous avons tous fouillé sur Pinterest ou Instagram dans le but de décorer notre bureau d’une certaine façon, n’est-ce pas ? Je suis même prête à parier que vous pensiez que cela vous inciterait à écrire sans arrêt pour faire rentrer les gros bidous. Pourtant, même si le lieu est chargé d’ondes positives, de chandelles, de plantes, qu’il y a une grande fenêtre et que votre compagnon animal a son petit lit à vos pieds, ce ne sera pas suffisant après plusieurs mois.

Je vous conseille de sortir, de changer d’environnement de travail, au moins pour une journée. Vous aimez siroter un bon café ? Travaillez dans votre brûlerie préférée. La nature vous appelle ? Pique-niquez dans un parc ou à la plage avec un cahier ou votre ordinateur portable. Sinon, pourquoi ne pas essayer le calme de votre bibliothèque de quartier ? Changer ses habitudes quand on se décourage est aussi bénéfique qu’une routine bien ancrée.

Qui plus est, profitez-en pour discuter de votre travail avec des collègues-rédacteurs ou des amis. Souvent, parler de ses textes aux autres attise l’inspiration. On résout certaines questions, puis on voit le sujet d’une nouvelle manière. Nous avons tous besoin d’encouragement, donc s’entourer d’une aide ou d’un conseiller s’avère profitable.

Numéro 3 : Lire

Je parlais de bibliothèque plus tôt et ce n’était pas pour rien.

Se renseigner et trouver des sources de travail est LA chose à faire lorsqu’on a l’impression de tourner en rond. Quand je trouve la pépite qui me donne tout ce dont j’ai besoin pour écrire l’article parfait, j’ai VRAIMENT envie d’écrire et rien ne peut m’arrêter. En revanche, vous devez citer ces sources !

Juste, lire un livre, peu importe le genre, stimule la créativité et nous rend plus réactifs. Une bonne lecture améliore la productivité tout en évacuant le stress du corps. Il s’agit d’un loisir, d’une passion et d’une nécessité dans notre travail. Après tout, lire enrichit nos connaissances sur la langue et la culture. Et en tant que rédacteur, maîtriser le vocabulaire et la stylistique est primordial. Du moins, cela dote nos textes d’une qualité de production.

Numéro 4 : Se relire

Je sais ce que vous pensez. La phase de relecture s’inscrit dans un tourbillon d’incertitude, de doute et de réflexion. Quand on plonge dans son texte dans l’optique de l’améliorer, souvent, on se perd dans les mots et on ne sait plus ce qu’on voulait dire. Vous me direz donc que la relecture est tout sauf motivante. DÉTROMPEZ-VOUS !

Quand mon intention n’est pas pour l’écriture, mais que je dois absolument terminer des contrats, je relis ce que j’ai déjà couché sur papier. Cependant, je relis à voix haute. Écouter ce que j’ai écrit concrétise dans mon esprit tout ce que j’ai fait. Je me sens plus confiante et je retrouve la vibe de ce que je souhaite partager aux lecteurs.

Numéro 5 : Prendre une pause

Ne vous écœurez pas de ce que vous entreprenez. Si vous êtes fatigué mentalement ou physiquement, vous passez un mauvais moment, prenez une pause de vingt minutes à une heure. Faites une marche à l’extérieur, une sieste, lisez pour une heure (petit clin d’œil). Travailler et se concentrer devant un écran peut être dommageable à long terme. Il faut savoir se déconnecter et prendre soin de soi. Je ne dis pas de laisser macérer votre travail pendant des jours. Je vous suggère de coordonner votre emploi du temps afin que vous puissiez vous reposer.

L’important est de trouver un équilibre. Ce conseil vaut aussi pour les salariés. Je prends très peu de pauses et cette semaine, mon corps m’a lâchée. J’ai donc recommencé à utiliser mes quinze minutes. Et ça marche parce que je me sens plus alerte. N’attendez pas de ramasser votre motivation à la petite cuillère. Devenez cette main de fer dans un gant de velours. Après tout, vous êtes votre propre patron. Soyez fier de vos accomplissements, travaillez pour votre succès, n’ayez pas peur de vous engager dans des projets ambitieux.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s